Comment éviter de contracter une entorse de la cheville ?

Les entorses peuvent survenir quel que soit l’âge et le niveau de pratique.

Mais il faut savoir que certains pratiquants sont prédisposés à avoir des pathologies au niveau des chevilles : notamment les personnes hyperlaxes, dont les chevilles bougent beaucoup. Ou encore les personnes ayant des troubles statiques du pied.
Les pratiquants ayant le pied un peu en dehors vont contracter plus facilement une entorse. Ceux-ci doivent consulter un podologue afin d’établir s’ils ont besoin ou non d’une semelle pour recadrer correctement l’appui au sol de leur cheville.

Comment éviter de contracter une entorse de la cheville ? 
 »La prévention est toujours la même, explique Gilles Daubinet, médecin de l’équipe de France de Fed Cup. Il s’agit de bien s’échauffer et de faire un travail proprioceptif sur le terrain avant de démarrer. Il faut par exemple jouer à la marelle, sauter d’un pied à l’autre, dans différentes directions. De manière plus sophistiquée chez soi ou chez le kiné, on peut se mettre debout sur des plateaux instables. La prévention d’une entorse est toujours la même : être en bonne forme, en faire un peu moins en cas de fatigue, et avoir de bonnes chaussures. »

Comment la soigner ?

Attention, une entorse n’est pas une blessure anodine. Il est indispensable de la soigner correctement en prenant le temps qu’il faut pour cela. Dans la plupart des cas, la cheville ne sera pas plâtrée, sauf exception en cas d’entorse très grave.
« Le plus important est, avant tout, de bien s’assurer qu’il s’agit d’une entorse et non d’autre chose, notamment une fracture de la cheville, insiste Gilles Daubinet.  Quand on tombe, qu’on a entendu un craquement et qu’on ne peut pas poser le pied par terre, c’est très fortement suspect d’une fracture. Dans ce cas, il faut impérativement aller faire une radio. »

* Le traitement de base : « R-I-C-E »

S’il n’y a pas eu de craquement et qu’on peut poser – au moins légèrement –  le pied par terre, on peut alors diagnostiquer une entorse de moyenne  gravité. Le traitement médical spécifique américain, RICE, est à respecter sans attendre, sur le terrain : Repos (Rest), Glace (Ice), Compression et  Elévation. On commence par appliquer de de la glace. Puis la cheville doit être 
 bandée fortement. Le blessé doit garder le pied en l’air et, bien sûr, rester au calme. 
 « Une fois ce protocole respecté, il faut bien sûr consulter, explique Gilles Daubinet. Le médecin prescrit des anti-inflammatoires, puis le patient va enchaîner très vite avec des séances de kinésithérapie. »

* Temps moyen de guérison
 – 8 jours à 3 semaines pour une entorse bénigne
 –  3 à 6 semaines pour soigner une entorse moyenne
 – Au moins 6 semaines pour une entorse grave.
« Dans ce dernier cas, on peut envisager le plâtre, précise Gilles Daubinet. Mais c’est réservé à très peu de cas. »

* L’importance de la rééducation
Effectuer une bonne rééducation est INDISPENSABLE pour se remettre d’une entorse de la cheville. De  retour sur les courts, le pratiquant doit ensuite respecter quelques règles de précaution, notamment en effectuant systématiquement un travail de proprioception pour s’échauffer avant de jouer. Enfin, le port d’une chevillière est également conseillé pour éviter les récidives : « Attention, la chevillière ne dispense pas de faire les exercices de proprioception, prévient Gilles Daubinet. Des petits pas, des accélérations, des changements de direction, c’est indispensable. La chevillière, elle, permettant juste de mieux protéger la cheville. »

Les cas à risque

Certains pratiquants sont prédisposés à avoir des pathologies au niveau des chevilles. Il s’agit des personnes hyperlaxes, avec les chevilles qui bougent beaucoup, mais également les personnes ayant des troubles statiques du pied. Par exemple, les pratiquants ayant le pied un peu en dehors vont plus facilement contracter une entorse. Ces personnes doivent se méfier et consulter un podologue pour savoir s’ils ont besoin ou non d’une semelle pour recadrer correctement l’appui au sol de leur cheville. La prévention est toujours la même : il s’agit de bien s’échauffer et de faire un travail proprioceptif sur le terrain avant de démarrer : il faut par exemple jouer à la marelle, afin de sensibiliser la cheville, d’un pied à l’autre et dans différentes directions. Après de manière plus sophistiquée chez soi ou chez le kiné, on peut se mettre debout sur des plateaux instables, carrés ou ronds. La prévention d’une entorse est toujours la même : être en bonne forme, en faire un peu moins en cas de fatigue, et avoir de bonnes chaussures.

Source : L’entorse de la cheville

Publicités