Ne pas confondre stratégie et tactique au tennis

Souvent considérés comme identiques, il est important de faire la distinction entre les notions de tactique et de stratégie au tennis. En effet, ces deux notions, même si elles sont forcément complémentaires, renvoient à deux notions différentes qu’il est important de différencier afin de progresser dans la gestion de son match.

Tactique et stratégie : les définitions

Pour bien comprendre les différences, reprenons les définitions des deux mots issues du dictionnaire :

  • Stratégie : « Art d’organiser et de conduire un ensemble d’opérations militaires prévisionnelles et de coordonner l’action des forces armées sur le théâtre des opérations jusqu’au moment où elles sont en contact avec l’ennemi »
  • Tactique : « art de diriger une bataille, moyens employés pour réussir« 

De ces deux définitions, on peut déjà remarquer la différence entre les deux notions :

  • la stratégie va porter sur le coté planification (grandes lignes générales)
  • alors que la tactique va plus porter sur le coté opérationnel (comment manœuvrer pour obtenir le résultat escompté de la stratégie).

Nous pouvons donc dire que ces deux notions sont indissociables : pas de tactique efficace sans l’élaboration préalable d’une stratégie cohérente, et d’un autre coté, une stratégie cohérente ne peut fonctionner sans la mise en œuvre d’une tactique efficace.

Prenons un exemple pour bien comprendre : vous êtes le général d’une armée assiégée. Vous allez devoir choisir la stratégie (soit garder vos positions en espérant que l’armée soit moins endurante que vous, soit tenter d’attaquer). Si vous décidez d’attaquer, vous allez ensuite mettre une tactique en place pour réaliser votre stratégie: à quel moment attaquer ? De quel coté ? Etc…

Application au tennis

Quittons un peu ces considérations militaires pour revenir à ce qui nous intéresse : comment utiliser ces deux notions au tennis.

1/ Définir une stratégie :

Généralement, on définit au tennis sa stratégie principale en fonction de ses propres qualités. Toutefois, il est possible de réajuster cette stratégie si l’on connait son adversaire (ce qui se fait à haut niveau avec une analyse vidéo), ou encore durant l’échauffement ou en cours de match si l’on s’aperçoit d’une faille chez l’adversaire.

Quelques exemples de stratégies (non exhaustives) en partant du plus basique :

  • remettre la balle en jeu une fois de plus que l’adversaire
  • attaquer
  • jouer long
  • attaquer une balle courte
  • monter au filet dès que possible
  • faire courir l’adversaire
  • prendre l’initiative avec son coup fort
  • exploiter le point faible de l’adversaire
  • etc….

Certains joueurs vont prendre le parti d’appliquer leur stratégie préférentielle sans se soucier des qualités de l’adversaire en espérant pouvoir imposer leur style de jeu… au risque parfois de perdre sèchement. D’autres au contraire vont être plus axés dans l’analyse du jeu de l’adversaire. Un maitre en la matière était Fabrice Santoro qui tenait à jour des fiches d’analyse sur les joueurs du circuit, ou encore Ivan Lendl qui observait ses adversaires avant ses matchs pour analyser.

2/ Mettre en place une tactique qui va permettre de réaliser la stratégie

Au tennis, la tactique va donc être la mise en place d’un ensemble de frappes qui vont avoir pour but de réaliser la stratégie prévue, et pour la même stratégie, il peut y avoir plusieurs tactiques possibles que l’on peut mettre en place. C’est ce qu’on appelle des schémas tactiques.

Exemple :

Stratégie choisie :
  • exploiter le point faible de l’adversaire
Tactiques possible :
  • Fixer sur le point faible et attendre la faute
  • Fixer sur le point faible en proposant une variation d’effet, de vitesse et de hauteur de balle
  • Fixer l’adversaire sur son coup fort pour attaquer sur son coup faible
  • Monter au filet sur son point faible
  • Fixer l’adversaire sur son point faible pour obtenir un balle courte et attaquer dans l’espace libre.

Comme vous pouvez le voir, pour une stratégie, il y a une quasi infinité de tactiques possibles qui vont dépendre de vos capacités et de celles de votre adversaire.

Tactique et stratégies dépendantes du physique et de la technique

Et oui, il y a bien sûr une limite… Vous avez beau avoir la meilleure stratégie, et visualiser la ou les bonnes tactiques à mettre en place, encore faut-il être capable de les mettre en œuvre… Pour reprendre les métaphores militaires du début de l’article, le meilleur stratège militaire ne pourra rien faire s’il ne possède pas les ressources pour appliquer son plan au sein de son armée…

Il en est de même pour le joueur de tennis : même avec une bonne analyse, s’il n’est pas capable physiquement et techniquement de mettre en place les solution trouvée, il ne pourra gagner le match.

Et c’est dans cette situation que l’on se rend compte du caractère indissociable de la technique, du physique et du mental au tennis : vous avez beau avoir une bonne analyse tactique du jeu, si votre technique ou votre physique ne vous donne pas la capacité de mettre en place cette tactique, vous ne pourrez pas gagner.

Conclusion :

Prendre le temps de choisir une stratégie cohérente au contexte du match et de mettre en place la ou les tactiques qui en découlent vont permettre à un joueur quelque soit son niveau de créer un fil conducteur à son match. Toutefois, cette analyse peut parfois ne pas suffire à remporter le match car le joueur peut ne pas avoir un bagage physique et technique suffisant pour mettre en œuvre son plan de jeu.

C’est pour cette raison qu’il est important de chercher à multiplier les matchs (officiels ou d’entraînement) : se heurter à la réalité est le meilleur moyen de connaître les points à améliorer pour progresser.

Pour lire la suite : Ne pas confondre stratégie et tactique

Publicités