Peut-on jouer au tennis enceinte ?

B979221702Z.1_20160715181501_000+GVB77VL1F.2-0Victoria Azarenka a annoncé vendredi 15 juillet sa grossesse.

Personne ne s’attendait à cette heureuse nouvelle et l’on ne reverra plus l’ex-n°1 mondiale en compétition cette saison puisque son enfant est attendu pour la fin de l’année. Ce qui ne veut pas dire que la Biélorusse ne va plus mettre un pied sur les courts d’ici là.

Voici pour toutes les futures mamans, de nombreux conseils pour jouer au tennis, enceinte, et l’esprit libre malgré tout.

Mais une fois sur le court, n’oubliez pas que vous n’êtes plus toute seule !

Pour celles qui sont habituées à jouer et bénéficient d’une bonne condition physique parce qu’elles s’entraînent régulièrement : à vos raquettes !

Premières contraintes :

  • Il est exclu de puiser dans vos réserves énergétiques !
  • Il est également indispensable de changer votre façon de jouer.
  • Évitez les déplacements rapides qui peuvent provoquer des chutes et qui demandent beaucoup d’oxygène pour nourrir vos muscles. Car côté oxygène, votre futur bébé est prioritaire.

« Il est recommandé de jouer 30 minutes, pas plus longtemps, précise le Dr Patrick Baequart, consultant en médecine du sport et médecin chef de l’IRBMS (Institut de recherche du bien-être, de la médecine et du sport santé).
On peut aller jusqu’à 45 minutes si on compte les temps de pause et d’arrêts du jeu.
Mieux vaut ne pas aller jusqu’à une heure de pratique car cela peut provoquer une souffrance au niveau placentaire, là où se font les échanges d’oxygène entre la future maman et le fœtus.
L’idéal, chez les joueuses confirmées, est de jouer 30 minutes, cinq fois par semaine
»

Une femme enceinte ne doit jamais dépasser sa fréquence cardiaque de 70%.
Comment le savoir ? En faisant en sorte de ne jamais être essoufflée, tout simplement !

Comment jouer au tennis lors de la puberté ou d’une grossesse

Devenir femme, puis maman. Ces deux étapes s’accompagnent d’un bouleversement morphologique spectaculaire, tout à fait compatible avec la pratique du tennis.
  • À l’adolescence, la baisse de l’activité physique est plus marquée chez les filles. Un déséquilibre de puissance lié à la puberté ? En partie. Mais, au-delà d’une baisse de compétitivité par rapport aux garçons, beaucoup de jeunes filles ont du mal à accepter leur corps.
  • Leur poitrine tout d’abord. Afin de la cacher, la position fréquemment adoptée par une adolescente est de se pencher, les épaules en dedans. Et c’est le meilleur moyen de s’abîmer le dos. Pour éviter ces désagréments, choisissez des soutiens-gorge conçus pour le sport. En plus de maintenir vos seins contre votre buste et de les laisser respirer, il réduira de 70 % leurs mouvements. Au tennis, votre poitrine peut atteindre une amplitude latérale de 10 cm, et les mouvements verticaux peuvent multiplier son poids par six, d’où cet effet si désagréable d’une poitrine qui se balade à chaque course. Quel que soit votre âge, voici des conseils pour limiter son affaissement : éviter le surpoids et, surtout, l’effet « yoyo » (perte et prise de poids rapide), ne pas fumer, éviter les bains chauds. Pour les poitrines volumineuses, les bretelles larges et croisées au niveau des épaules sont recommandées.
  • Les règles : aucune contre-indication avec la pratique d’un sport, bien au contraire. En cas de crampes douloureuses, le tennis, accompagné de beaucoup d’eau, peut même vous apaiser. Le sport peut aussi diminuer le stress et les troubles de l’humeur dont vous pouvez souffrir.

852136-reese-witherspoon-enceinte-joue-au-950x0-2.jpgL’exemple de Kim Clijsters, maman championne

  • La grossesse : selon le déroulement de votre grossesse, l’activité physique est bénéfique chez la femme enceinte. Le renforcement des lombaires et des abdominaux permet de diminuer l’incidence des lombalgies (dues au creusement du dos et au déplacement du centre de gravité). Certaines futures mamans jouent même jusqu’au sixième, voire septième mois, sans forcer. Mais demandez toujours son avis à votre médecin, lui mieux qu’un autre connaîtra les limites à ne pas dépasser. Et dans tous les cas, sachez que la compétition est à éviter, surtout après le premier trimestre. Impossible de se surpasser en pensant à protéger son bébé…
  • Après l’accouchement, les modifications morphologiques persistent pendant quatre à six semaines. Rien n’empêche de reprendre progressivement le tennis, même dans les jours qui suivent la naissance. Si les femmes qui reviennent à leur meilleur niveau après avoir eu un enfant sont rares, la mission n’est pas impossible. Kim Clijsters l’a démontré : en 2007, à 24 ans, la joueuse belge a mis un terme à sa carrière pour donner naissance à sa fille Jade… qu’elle portait dans ses bras en 2009, lorsqu’elle a gagné l’US Open. Son deuxième titre du Grand Chelem. Après deux ans et demi d’absence, et après avoir battu les sœurs Williams, alors n° 2 et n° 3 mondiales !

Autre avantage de jouer pendant la grossesse : Le tennis développe les réflexes et la coordination des mouvements

Alors quand jouer ?

  • Environ jusqu’au 5ème mois si vous avez l’habitude d’y jouer régulièrement.

Et comment jouer ?

  • Prudemment, et après un bon échauffement. Le tennis est une activité fatigante qui exige des accélérations rapides, des sauts et des arrêts brutaux.
  • Plus que pour aucun autre sport, vous devez boire beaucoup pour ne pas risquer de vous déshydrater.
  • Contentez-vous de quelques balles au fond du court ; hors de question de disputer un match serré.
  • Le ping-pong, lui, est permis sans restrictions.

Mais attention !

  • Prenez garde à votre ventre avec les balles envoyées à toute volée par le joueur adverse.

Source : Jouer au tennis enceinte

Publicités