Et vous : revers à 1 main ou à 2 mains ?

Êtes-vous plutôt Roger Federer ou Novak Djokovic ? Plutôt revers à une main comme le Suisse ou revers à deux mains à la façon serbe ?

On vous explique les « pour » et les « contre » de chaque technique.

l___arme_fatale_de_richard_gasquet_8580-jpeg_north_1200x_white

1 – Le revers à une main

Coup le plus pur, coup le plus beau du tennis : un poncif ? On vous laisse juges, même si on ne peut qu’admirer ceux de Roger Federer, Stan Wawrinka et Richard Gasquet aujourd’hui comme on s’est à raison extasié sur celui d’Amélie Mauresmo, ancienne numéro 1 mondiale et vainqueur de deux tournois du Grand Chelem.

1378495857-revers

  • Beau, oui, mais difficile à réaliser. Il faut une certaine force physique pour réussir ce coup, qu’on le joue à hauteur d’épaule ou à hauteur de hanches. Et ce n’est pas un hasard si plus d’hommes que de femmes l’utilisent.
  • Point positif, ses adeptes ont généralement une sacrée vitesse de poignet et voient leur balle quitter très vite le tamis.
  • Autre avantage : quand on joue à une main, on trouve des angles et des effets que ceux qui utilisent les deux mains ne trouvent pas. On « sent » généralement mieux les coups en toucher, comme le chop (on coupe la balle), utilisé pour casser le rythme.

Francesca Schiavone of Italy returns the ball to Li Na of China during their women's final at the French Open tennis tournament at the Roland Garros stadium in Paris June 4, 2011.       REUTERS/Charles Platiau (FRANCE  - Tags: SPORT TENNIS)

« Le revers à une main, c’est très artistique », Francesca Schiavone

L’Italienne Francesca Schiavone, vainqueur de Roland-Garros 2010, est l’une des rares femmes à jouer son revers à une main. «Il faut beaucoup de talent. C’est très artistique et très complexe, nous a-t-elle expliqué quand nous l’avons rencontrée lors de l’édition 2015 du tournoi parisien. Il faut être efficace : soit tu prends la balle devant toi et tu peux utiliser tout le corps et la main, soit tu fais une merde (rire) ! Il faut être rapide sur les jambes, bien anticiper, bien fixer la balle et frapper avec tout le bras. »

 


2 – Le revers à deux mains

revers-djoko

Assure une plus grande précision. La main gauche aide ainsi le droitier à mieux ajuster sa frappe ou à rattraper le coup s’il n’est pas idéalement placé (la droite pour le gaucher). C’est elle aussi qui lui servira pour donner du lift à la balle. Cette prise permet enfin d’être plus compact et de jouer davantage à plat et avec plus de puissance qu’à une main.

  • Dans un duel de diagonales revers (un joueur à une main, l’autre à deux), celui qui joue à une main ne peut pas se permettre d’être en retard et d’avoir son plan de frappe derrière. Sinon, il ne joue qu’avec le poignet et sa balle n’avance pas.
  • A l’inverse, une personne qui joue à deux mains est moins à l’aise quand elle est débordée parce qu’elle est « bloquée » par son deuxième bras. Nombreux sont les joueurs et les joueuses qui lâchent alors l’une des deux mains. «Je n’ai jamais joué à deux mains, hormis toute petite parce que la raquette était trop lourde pour moi et que mon père n’avait que ça ! Sinon, je n’ai jamais eu l’instinct de le faire. Pour moi, c’est plus dur » nous racontait encore Francesca Schiavone.

two-handed-topspin-backhand

Le débat reste ouvert…

Source : Tennis – Revers à 1 main ou à 2 mains ?