Incroyable mais vrai : deux 30/2 classés à l’ATP !

Comment deux amis qui plafonnaient en quatrième série, ont réussi à être classés à l’ATP !

Il n’y a pas de débat possible. Parmi des milliers de joueurs ayant un jour connu l’honneur d’être classé à l’ATP, ce sont eux les moins forts et de loin ! Mais il vaut mieux retourner l’affaire dans l’autre sens, et dire de Philippe Poisson et de Frédéric Derouvroy qu’ils sont des joueurs du dimanche sortis du rang pour se faire une place parmi les ténors du tennis.

Amateur de sport, de tennis mais aussi de rugby, le Réunionnais Philippe Poisson a aussi été cordeur occasionnel, comme en 1994 sur le tournoi Challenger organisé sur son île. Un bon moyen de copiner avec les « pros », voir de leur demander l’impossible, surtout quand on a son optimisme. Comme il a eu vent qu’il manquait des équipes pour disputer les qualifications de l’épreuve de double, il n’a pas hésité pas à proposer à Arnaud Casagrande, alors 810e mondial en simple, de s’associer avec lui.

S’associer avec un 30/2 ? Chiche ! Amusé, et surtout d’une grande sympathie, Casagrande accepte. La direction du tournoi aussi. Et c’est ainsi que Philippe Poisson, qui se trouvait au bon moment, au bon endroit, face à la bonne personne, a eu la chance de « seconder » le futur coach de Nicolas Escudé pour passer ce tour qualificatif (4/6, 6/2, 6/3) face à deux locaux curieusement effarouchés âgés de (chance, quand tu nous tiens)… 15 et 16 ans !

Impossible de ne pas sourire en jetant un œil au tableau final : deux lignes en-dessous du nom de notre magnifique « intrus », il y a celui d’un ancien quart de finaliste de Roland-Garros, l’Haïtien Ronald Agenor. La paire improvisée disparaitra d’entrée (6/2, 6/3) face à d’autres locaux, Ludovic Pain et Ludovic Ulrici, mais Philippe Poisson a aussi vu tomber du ciel, en plus du prize money de 185 dollars, le point ATP prévu. Ce ne sera pas le dernier. Classé du coup 1051è « meilleur joueur du monde » en double, Poisson en pêchera un autre un an plus tard au même endroit, où cette fois son classement lui permet même d’entrer directement dans le grand tableau… et de s’associer à un ami, Frédéric Derouvroy, du même échelon que lui.

Au tirage, les deux compères évitent Henri Leconte ou Fabrice Santoro, également sur la ligne de départ, et héritent d’un jeune homme de 21 ans sur le point de faire son entrée dans le top 100… Tim Henman (la preuve ici). Bon prince, le Britannique, associé à son compatriote Andrew Richardson, rangera son archer pour laisser gentiment 7 jeux à la paire de 30/2 (6/3 6/4) devant un public naturellement conquis par ce spectacle insolite.

Frédéric, à l’instar de Philippe, eut droit lui aussi à son point ATP. Mais la chaine, qui aurait pu continuer indéfiniment, s’est arrêtée là…
(Julien Pichené)

Source : Histoires extraordinaires : deux 30/2 classés à l’ATP !

Publicités