Jusqu’où les addictions liées au tennis peuvent-elles mener ?

Pr Jean-Philippe Lang

Entretien avec le Professeur Jean-Philippe Lang, psychiatre addictologue au CHU de Strasbourg, membre de l’équipe de tennis Corpo des Hôpitaux de Strasbourg (15/5), licencié au TC Holtzheim (67). Il a dernièrement terminé 3e de la finale nationale du Babolat Tour 2016.

Les addictions, quesaco ?

  • Les conduites addictives sont communes à l’espère humaine. L’être humain est une espèce animale particulièrement dépendante et jouissive. Cette nécessité de l’autre lui est nécessaire pour se développer et apprendre ce qu’il est et à quoi il ressemble. Son processus de développement et d’acquisition d’une autonomie est plutôt long (passe 9 mois dans le ventre de sa mère, puis quitte le domicile parental entre 15 et 25-30 ans) et sa sensibilité à la douleur et aux plaisirs est particulière.

L’addiction appliquée au sport

  • En sport, les addictions peuvent venir du plaisir de l’effort avec les endorphines que l’on sécrète, d’une «course» à la reconnaissance, même si l’enjeu n’a rien d’exceptionnel, du plaisir d’être d’aimé, de la conquête de la performance, de la victoire où même celle de vouloir perdre du poids.

En tennis ça donne quoi ?

  • Sans être un sport épargné, le tennis n’est pas un sport qu’un amateur va pouvoir pratiquer 6 heures par jour, comme parfois le running ou le fitness quand quelqu’un veut maigrir par exemple. Il se joue à deux ou à quatre, il faut un terrain. C’est un sport qui nécessite certaines conditions d’accessibilité et qui ne peut se jouer seul sauf si quelqu’un décide de faire du mur toute la journée…
  • Par ailleurs, le tennis dans la performance qu’il exige, alliant technique, compétences visuelles, mélange d’endurance et d’explosivité sur le plan physique, semble difficilement compatible avec le fait d’avoir bu ou fumé préalablement. Ce qui n’exclut pas des comportements dopants au haut niveau ou même au niveau amateur à l’aide de substances qui répondraient au besoin attendu. Le dopage intervient néanmoins pour réussir une performance et surtout pour la renouveler: le joueur ou la joueuse a déjà réussi une fois quelque-chose de notable et il veut vivre cette sensation.
perruque-joueur-tennis


Éviter de fumer ou boire avant de jouer, c’est mieux

  • En cas de blessure, les addictions peuvent aussi lui permettre de combler ce vide et de gérer les émotions négatives soudaines ou d’essayer de raccourcir cette période en revenant plus vite à la compétition. Le phénomène que l’on peut aussi retrouver, c’est le lien qui peut parfois animer le couple entraîneur/joueur dans une «emprise» réciproque et leur co-dépendance : notamment quand un parent devient l’entraîneur et que son enfant veut réussir pour lui. Cela peut aussi arriver avec un jeune qui veut gagner pour faire plaisir à son coach qu’il admire. La volonté de réussir devient alors celle de plusieurs personnes et peut être très douloureuse autant dans le prix de la réussite que dans le coût de l’échec.

Et pour un joueur amateur ?

  • Le tennis est un sport a priori moins facile d’accès que d’autres disciplines individuelles (marathon, natation, etc) que l’on va pouvoir pratiquer seul, donc quand on le souhaite. En ce sens, il ne s’agit pas du sport le plus à risques concernant les addictions, même si elles peuvent exister pour toutes les raisons que nous avons évoquées ensemble. Ceci est d’autant plus vrai qu’une activité sportive est plutôt une activité qui protège d’autres addictions, qui épanouit, qui est source d’endorphine cérébrale de satisfaction ou d’ivresse d’effort saine.
  • Enfin, quand on commence à consommer des produits afin d’aller au-delà de sa compétence, le corps répond par des blessures. Quand on le pousse trop loin, ça ne fonctionne pas longtemps, le corps envoie des signaux puis dysfonctionne. Nous devons adapter nos effort à ce que nous sommes et ce que nous pouvons faire naturellement en nous entraînant à l’écoute de notre corps.

Cet article contient uniquement des extraits, l’article complet est disponible par ici : Santé : Les addictions liées au tennis

Publicités