Incollable au tennis : savez-vous qui est l’inventeur du lob ?

wimbledon_1883_william_and_ernest_renshaw

Pour commencer, imaginez que vous décidiez de partir en vacances pour vous changer les idées, et vous avez alors l’idée certes un peu « tirée par les cheveux » de vous inscrire au tournoi le plus côté de pelote basque du coin…

  • Bon jusque-là… pourquoi pas, les vacances c’est fait pour ça, mais imagineriez-vous pouvoir en plus gagner ce tournoi, tout en sachant que vous êtes plutôt adepte d’autres sports (twirling, basket ou football) mais absolument pas de pelote basque ? Sans doute que non !
  • Et bien sachez qu’il a existé au XIXème siècle un homme qui a gagné le tournoi mythique de Wimbledon (seconde édition) dans ce contexte carrément dingue en plus pendant sa semaine de congés alors qu’il n’avait même jamais joué au tennis !

Franck Hadow : cet illustre inconnu au bataillon !

Franck Hadow

  • D’ailleurs le tennis à ce moment là, Hadow ne sait même pas ce que c’est. Il préfère de loin le cricket qu’il pratique avec ses frères. Et c’est lors d’un voyage à Londres où il passe ses vacances, ce qui est déjà une drôle d’idée à la base me direz-vous, qu’il tente le pari fou pour rigoler, de jouer Wimbledon avec l’un de ses frères. Il a alors 23 ans en 1878 et est d’ailleurs né dans la capitale anglaise avant de s’expatrier sur l’île de Ceylan (aujourd’hui Sri-Lanka) alors colonie britannique, pour raison professionnelle puisqu’il est planteur (ou cultivateur) mais absolument pas sportif !
  • Le « All England Club » qui avait organisé pour la première fois le tournoi de Wimbledon l’année précédente (1877), remet le couvert et cette fois, ils sont 34 au lieu de 22 à se présenter en début de compétition. 34 pour rentrer dans l’histoire, mais ils ne le savent pas encore.
  • Alors que les habitués, néo-passionnés et résidents du coin se sont entrainés pendant des semaines pour cet événement, comme pour l’épée du roi Arthur dans Merlin l’Enchanteur, c’est finalement à la surprise générale notre « Moustique » Frank Hadow, paysan en vacances sorti de nul part, qui remporte le trophée et révolutionne le tennis à jamais par la même occasion et vous verrez comment…

Mais comment a-t-il donc fait ?

Réponse : Il a simplement inventé le lob !

  • 220px-Spencer_gore

    Spencer Gore

    Revenons à Spencer Gore, la « terreur » du circuit de l’époque, il avait une tactique de jeu bien ciblée, celle de s’acharner à monter au filet pour user de sa grande taille et fracasser, massacrer, démonter ses adversaires. Bref un vrai film Gore pour ses adversaires… désolé, je ne pouvais pas ne pas la faire celle-là !

  • En plus le filet était bien plus haut que maintenant, on imagine donc combien il devait être difficile d’effectuer des passings pour contrer le jeu offensif de Gore : « Avec un homme de grande taille, aux longues jambes et aux bras tentaculaires au filet, la balle me revenait aussi vite que je l’avais frappée » disaient ses pauvres victimes !
  • C’est là que notre « surdoué de la balle blanche de l’époque » arrive même pas impressionné par Gore, il eut même l’idée magique de lober systématiquement son adversaire à chacune de ses montées au filet. Alors vous me direz aujourd’hui que « évidemment c’est évident comme le nez au milieu de la figure qu’il fallait lober ! », mais apparemment pas tant que ça à l’époque… car il fut le tout premier à réaliser ce coup aussi magique que diabolique, jusqu’à en écoeurer Gore lors de cette finale qui ne trouva jamais la parade !
  • Et Hadow remporta sa finale en s’adjugeant Wimbledon, 7-5 6-1 9-7.

A cause ou grâce à lui les montées au filet ne seront désormais plus jamais les mêmes.

Et après ses vacances à Wimbledon, il est devenu quoi ?

  • Et bien Frank Hadow n’a même pas daigné poursuivre sa carrière de tennisman, et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne lui a fait ni chaud ni froid. Au mieux il raconte que cela l’aura juste amusé quelques jours pendant ses vacances, comme vous quand vous jouez à la pétanque et c’est tout !
  • Et c’est sur cette géniale inspiration, dont il s’étonne que personne n’y avait pensé avant lui, qu’il met fin à sa très courte carrière de tennisman.
  • A la question qui lui fut posée de « Comment décrivez-vous ce sport mister Hadow ? », il répond de façon déconcertante : « C’est un sport de poule-mouillée à balle molle » [propos cités], bref de quoi se mettre à dos (sans mauvais jeu de mot) toute la planète tennis.
  • Plus tard, Hadow a quand même été reçu comme invité d’honneur lors de la 50ème édition de Wimbledon en 1926. Un hommage légitime pour une légende qui n’a rien fait pour en être une, à part inventer le lob dont certains usent et abusent toujours aujourd’hui.
  • Ce qui en fait une des histoires les plus anecdotique de l’histoire du tennis, Hadow, cet illuminé du tennis, est décédé en 1946, à l’âge de 91 ans à Bridgwater, une ville industrielle anglaise réputé aujourd’hui pour son grand carnaval…

Un tournoi, un titre, au revoir Monsieur.

Depuis, la technique du lob a été revue, corrigée, améliorée. Pour vous, et en mémoire de cet improbable joueur, voici quelques-un des plus beaux lobs jamais vus sur le circuit.

Ceux de Norman et Federer sont aussi à voir !

Extrait de : Frank Hadow, l’inventeur du lob !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s