Incollable au tennis : Leconte a failli ne pas être bon !

C’est lors de l’édition 1986 des Internationaux de France de Roland-Garros que s’est déroulé l’un des plus improbables renversements de situation de l’histoire du tennis.

Il implique le joueur français le plus fantasque de l’époque, Henri Leconte, un rugueux Brésilien, un entraîneur malin, une femme de comédien enceinte, un ramasseur de balles zélé et un juge arbitre aveugle. Récit d’un match pas banal par ceux qui l’ont vécu.

Cette année-là, pourtant, le gaucher atteindra les demi-finales du tournoi de la porte d’Auteuil, s’inclinant face à la révélation suédoise Mikael Pernfors (2/6, 7/5, 7/6, 6/3).

Mais c’est bien sûr ce match face à Cassio Motta qui reste dans les mémoires. Mais pourquoi ?

  • Parce que le pitch de cette rencontre la présente comme l’un des plus épiques rebondissements de l’histoire du tennis et qu’au générique figure l’un des joueurs les plus atypiques du circuit ATP des années 80. Le seul capable d’un tel scénario, d’après son coach de l’époque Patrice Dominguez. « C’était un joueur assez amnésique, capable de passer du rire aux larmes et inversement. Cette instabilité lui a permis de se sortir de situations désespérées. Il lui suffisait d’un déclic, un coup réussi, pour oublier complètement ce qu’il avait mal fait jusqu’alors et se remettre à jouer du tennis de très haut niveau. »

1986

Un carton VIP

  • Roland-Garros 1986, donc, troisième tour des Internationaux de France. Le court central est bien garni pour assister à la rencontre entre Henri Leconte, alors dans le top 10 mondial, et le Brésilien Cassio Motta, un joueur réputé coriace mais a priori prenable. « D’autant plus qu’Henri a abordé ce match en grande forme, il devait facilement gagner », se rappelle Patrice Dominguez, qui assiste à la partie depuis une loge située en fond de court, sous la tribune présidentielle. Dans les rangs tricolores, l’optimisme laisse pourtant vite place à l’inquiétude : le bras gauche de Riton, d’ordinaire si redoutable, fait dans le grand n’importe quoi. « C’était horrible, se souvient-il aujourd’hui, les balles partaient dans les bâches, je n’arrivais à rien, j’étais perdu sur le court, frustré, tellement frustré… »

6/1 pour le Brésilien dans le premier set, puis 6/3 dans le second, la défaite du Français se profile irrémédiablement.

  • Dominguez y assiste, impuissant : « J’étais désemparé, j’avais épuisé toutes mes cartouches verbales mais rien n’y faisait, Henri avait la tête et les épaules basses, il encaissait les coups de Motta qui, il faut bien le dire, évoluait au-dessus de son niveau habituel. » Déterminé à communiquer coûte que coûte avec lui (« Il a toujours eu besoin d’amour, besoin d’être soutenu »), l’entraîneur aujourd’hui devenu consultant a l’idée « un peu en désespoir de cause de griffonner un mot d’encouragement sur un carton d’invitation ».

La femme de Michel Leeb

  • Il y est écrit : « On est avec toi, on a confiance, calme-toi. Prépare tes attaques plus soigneusement et surtout joue ton jeu au filet. On t’embrasse. » Un message qu’il lui faut désormais transmettre d’une manière ou d’une autre à son protégé, ce qui est bien sûr interdit. Dominguez poursuit le récit : « Ma voisine de loge, qui était enceinte, presque à terme, se trouvait être la femme du comédien Michel Leeb. Je lui ai demandé si elle pouvait m’aider, elle ne s’est pas démontée, a saisi le pli et l’a transmis au ramasseur de balles le plus proche, avec pour instruction de le remettre à son tour à Henri. » Sous les yeux d’un arbitre de chaise bien conciliant, le joueur se voit remettre la missive au changement de côté, alors que le score est de 6/6 dans le troisième set.
  • Dominguez, toujours : « Il a pris le carton, un peu surpris, l’a lu, on a eu un échange de regard, il a lancé quelque chose comme ˝Tu pouvais pas le dire plus tôt, pauvre con !˝ et il est revenu sur le court en furie, transformé. Du Leconte typique ! » L’intéressé confirme : « Bizarrement ce petit mot m’a permis de transformer ma frustration en colère. J’ai repris le dessus mentalement et à partir de là, j’ai joué façon rouleau compresseur, prenant littéralement Motta à la gorge. »

Résultat ?

  • Riton le fou furieux retrouve son spectaculaire jeu offensif, bourrine les balles comme si sa vie en dépendait, remporte le tie-break du troisième set en sauvant deux balles de match, avant d’aligner douze jeux d’affilée, pour une victoire 1/6 3/6 7/6 6/0 6/0. Il s’en marre encore : « Ah, ah, oui c’est vrai, je lui ai collé deux roues de bicyclette pour finir ! »

Les matchs autres cultes d’Henri Leconte

Et pour terminer en beauté voici deux autres matchs cultes de Riton qu’il était l’un des rares à pouvoir produire …. c’est cadeau pour vous

Henri Leconte vs. Boris Becker 1988 terre battue

Henri Leconte vs. Pete Sampras Coupe Davis 1991

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s