Pour rallonger votre espérance de vie, jouez au tennis !

Pour vivre vieux, jouez longtemps !

Les bénéfices du sport sur la santé sont désormais bien connus de tous, il réduit les risques de maladies du cœur et allonge votre espérance de vie. De nombreuses études ont été réalisées ces dix dernières années pour déterminer quels types de sport sont les meilleurs pour rester en vie le plus longtemps possible, voyons lesquels !

Chacun connaît les bienfaits de la pratique sportive tant sur sa santé physique que psychologique. Si le sport nous maintient en forme plus longuement, quelles disciplines sont particulièrement bénéfiques ?
Une large étude britannique s’est penchée sur la question en comparant l’impact de six activités sur l’espérance de vie de leurs adeptes. Et, surprise, le running ne tient pas le haut du podium !

Explications sur l’étude réalisée

  • L’exercice physique a donc montré qu’il peut diminuer les risques de mortalité pour les personnes de 50 ans ou plus.
  • C’est l’activité physique intense qui semble avoir le plus de bienfaits pour la santé.
  • En moyenne, chaque individu a été suivi pendant 9 ans. Pendant cette période, 8790 sont décédés et 1909 d’entre eux le sont suite à une maladie du cœur ou à une crise cardiaque, soit environ 22%.

Voici les 4 meilleurs sports pour vivre plus longtemps

En comparaison avec les participants qui n’ont jamais fait d’exercice physique, le risque de mortalité était de

  1. 47% plus bas pour ceux qui pratiquaient des sports intenses de raquettes (badminton, tennis, squash)
  2. 28% plus bas pour les nageurs
  3. 27% plus bas pour les personnes pratiquant de l’aérobic/gymnastique
  4. 15% plus bas pour les cyclistes.

Numéro 1 : Tennis, badminton et squash

  • D’après les données de plus de 80.000 adultes britanniques, suivis de 1994 à 2008 et en tenant compte de leurs prédispositions (consommation de tabac, alcool, âge, indice de masse corporelle, condition physique et psychologique), les chercheurs se sont aperçus que les sports de raquette avaient le plus d’impact sur l’espérance de vie.
  • Plus particulièrement, les adeptes de tennis, badminton ou de squash voyaient leur risque de décéder de n’importe quelle cause diminuer de 47 % et leur risque cardiovasculaire de 56 % par rapport à ceux qui ne pratiquaient pas ces activités.

Numéro 2 : Natation et fitness

Photo de Prasanth Inturi sur Pexels.com
  • En seconde position, on retrouve la natation et le fitness (aérobic, ou zumba par exemple). Selon les chercheurs, les deux activités permettent respectivement de diminuer le risque de mourir toutes causes confondues de 28 et 27 %. Des nombres qui grimpent jusqu’à 41 et 36 % concernant les décès liés aux maladies cardiovasculaires.

Mais hélas aucun effet relevé sur les adeptes de running

  • Au risque de décevoir, le running, le football et le rugby n’allongeraient pas la durée de vie des pratiquants. Mais inutile de rendre ses baskets de course pour autant.
  • D’après les données de l’étude, le running réduisait de 45 % les risques de mort cardiovasculaire. Mais les coureurs étant en moyenne plus jeunes et moins souvent consommateurs de tabac et d’alcool que les autres sportifs participant à l’étude, les auteurs ont dû revoir les résultats obtenus à la baisse.
  • Quant aux aficionados de football et de rugby, ils étaient simplement moins nombreux que les autres (donc cette étude ne prouve rien non plus pour ces sports !)
  • D’autre part, en comparant les joggers/coureurs à ceux qui ne courent pas, les premiers diminuent leur risque de mortalité de 43% et de maladies cardio-vasculaires de 45%. Mais, toutes variables confondues (en comparant avec ceux qui ne font pas de sport en général), cet effet disparaît.

Et les autres sports

  • Le football et le rugby n’ont pas montré de rôle particulier de protection contre les maladies cardio-vasculaires, peut-être parce que ces sports sont pratiqués trop périodiquement (davantage en été qu’en hiver ou inversement) mais pas toute l’année contrairement aux autres sports).

Conclusions

  • En analysant l’intensité de certaines pratiques sportives, les chercheurs ont découvert que plus l’activité physique est intense, plus son impact positif joue sur la longévité.
  • Mais pour d’autres activités, c’est l’inverse, moins l’intensité de leur pratique est forte, plus grands sont les bienfaits (donc on est pas beaucoup plus avancé finalement !)
  • Quoiqu’il en soit, l’exercice physique réduit le risque de mortalité et pratiquer n’importe quel sport est meilleur pour la santé que de ne pas en pratiquer du tout.

Alors, à vos baskets pour pratiquer votre sport comme vous en avez envie, dès lors que vous en faites régulièrement, ce sera toujours bénéfique !

Source traduction de l’article : Exercise extends life, but which exercise is best?

Étiquettes :